Le Printemps au féminin

13:32:00


1. Leçons de géométrie

Les grands couturiers obtiennent ici la note A pour leur maîtrise parfaite des notions géométriques. Ces notions leur ont servi pour donner de nouvelles formes au corps de la femme. Le tissu se manipule, se plie et se twist pour créer un effet 3D aux vêtements. L'asymétrie est le résultat de cette manipulation extrême, un must de la saison. Lanvin offre des tenues de douceur faites d'asymétries pour donner du mouvement aux vêtements (une manche, une épaule couverte et un décolleté en biais). Chez Viktor & Rolf, la collection se base entièrement sur les figures géométriques qui donnent des mouvements d'effets trompe-l'œil. Gareth Pugh offre aussi un jeu étonnant de constructions architecturales aux pointes futuristes. La collection de Gianfranco Ferré parie sur des géométries variables faites de cercles, carrés et triangles. La petite robe de saison (bustier ou asymétrique) chez Versace est surtout ornée de cœurs en relief.


2. Déesse absolue

Déjà bien présente ces dernières saisons, la culture grecque ne cesse d'influencer les créateurs. Encore une fois, la femme s'enveloppe de drapés grecs et de robes longues dignes d'une véritable déesse. Impossible de résister à la collection tout en fluidité de Donna Karan. Toutes ses robes à tombées souples et gracieuses de satin semblent glisser sur la peau. Ses drapés aux décolletés profonds et ses tailles basses nonchalantes offrent une féminité éclairée de citron vert, amande ou turquoise. Les jeux de drapés caractérisent la marque Blumarine encore ce printemps, teintés d'une vaste gamme de vert, bleu, sable et corail pour des contrastes éclatants et camaïeux. Frida Giannini de Gucci propose plusieurs drapés aux accents forts de turquoise, émeraude, bleu ou violet et aux imprimés tropicaux. Quant à elle, Alberta Ferretti continue dans son inspiration des années 20 pour offrir des drapés tout en vagues plissées pour envelopper délicatement le corps.


3. Ciel d'Arabie

Pantalons Ali Baba, djellabas, turbans, combinaisons sexy de soie...On dirait véritablement la garde-robe de la princesse Jasmine du film Aladdin. L'influence est bien là ce printemps, sous ce ciel étoilé d'Arabie; une aura de mystère entoure la femme. Les éléments indispensables qu'il vous faut absolument pour vos milles et une nuit sont une paire de pantalons harem (Ali Baba) et une combinaison-pantalon souple, mais sexy (jumpsuit). Chez Chloé, on aime le pantalon harem qui scintille de son bleu profond. Chez Derek Lam et Diane Von Furstenberg, on aime les combinaisons métalliques et amples qui soulignent la taille, mais on adore la djellaba bleu azur de Gucci : fluide, transparente et ornée de pierres au décolleté. Attention toutefois de ne pas amplifier vos formes! Truc : Choisissez un haut ample aux imprimés marocains (comme chez Etro) et agencez-le d'un pantalon plus droit pour éviter l'effet balloune.


4. Trash moderne

Skinny jeans délavés et déchirés, vestons ultras épaulés, chaînes, strass, motifs croix et clous : Bienvenue dans les années '80 modernes. Cette description pourrait correspondre parfaitement à la collection de Balmain pour ce printemps. Même si nous étions heureux de laisser cette période derrière nous, son concept qui gagne, le rock couture, a en influencé plus d'un pour cette saison en passant par Proenza Schouler jusqu'à Givenchy. Les indispensables : une paire de skinny jeans délavés déchirés, un veston à la carrure en T et des bandes strassées ou cloutées sur les accessoires pour une note trashy glam.


5. Tempête de sable

Le fameux teint nude s'affirme sur les podiums et déferle sur la femme une avalanche de beiges. Les vêtements fondent sur la peau par leur transparence comme chez Dior, Nina Ricci et Giorgio Armani. L'utilisation de ce neutre rosé est omniprésente et tout en simplicité chez Stella McCartney. La peau semble ainsi scintiller alors que c'est le vêtement qui s'en occupe.


6. Fluorescence

La tendance est aux couleurs qui punch. Impossible de passer l'été sans le rose vibrant, la vitamine C et la lime. Truc: Portez la couleur avec du neutre pour ne pas avoir l'air d'un mauvais flashback des années 80. Burberry Prorsum et Salvatore Ferregamo proposent une version olive de la lime, mais on préfère la mini robe limette à sequins chez Roberto Cavalli pour un maximum d'éclat. Alors que Lanvin et John Galliano dévouent leur amour pour le popsicle orangé, BCBG nous fait fondre avec sa mini robe au décolleté plongeant en jersey. Le hot pink de Salvatore Ferregamo l'emporte haut la main avec sa djellaba drapée.


PHOTOS: Vogue


stephanie@soundbeatradio.com

Vous aimerez peut-être

0 commentaires

Devenez fan

Subscribe